Dimanche 26 avril - Le Bon Berger


Alexandra Breukink
26 Apr 2020

Le 26 Apr 2020 - 06:58

Dimanche 26 avril 
Je me demande qui est le bon berger? 

Je me demande qui est le bon berger? 
 
L'équipe de l'église des enfants et le groupe des jeunes  vous proposent un Godly Play intergénérationnel pour ce dimanche. Grands et petits essayent de répondre à la question: "qui est le bon berger pour moi ?" .
 
Bon dimanche à vous toutes et vous tous! 

 

Jean 10, 11-18
 
11 Je suis le bon berger : le bon berger se dessaisit de sa vie pour ses brebis. 12 Le mercenaire, qui n’est pas vraiment un berger et à qui les brebis n’appartiennent pas, voit-il venir le loup, il abandonne les brebis et prend la fuite ; et le loup s’en empare et les disperse. 13 C’est qu’il est mercenaire et que peu lui importent les brebis. 14 Je suis le bon berger, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, 15 comme mon Père me connaît et que je connais mon Père ; et je me dessaisis de ma vie pour les brebis. 16 J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos et celles-là aussi, il faut que je les mène ; elles écouteront ma voix et il y aura un seul troupeau et un seul berger. 17 Le Père m’aime parce que je donne ma vie, pour ensuite la recevoir à nouveau. 18 Personne ne me l’enlève, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner et j’ai le pouvoir de la recevoir à nouveau : tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père.
Qui est cet homme ?
 
Qui est cet homme, venu de loin,
qui enjambe nos montagnes et nos vallées,
nos plaines et nos forêts,
notre présent et notre passé ?
Qui est cet homme, venu de loin,
dont le pas est lent comme celui d’un berger
et qui tient une houlette en forme de croix ?

Qui est cet homme, venu de loin,
qui cherche à rassembler son troupeau dispersé
et dont le visage s’illumine de joie
quand il porte sur ses épaules ou dans ses bras,
un bout de l’humanité
qu’un pillard lui avait volé ?

Qui est cet homme, venu de loin,
dont le cœur est une porte ouverte en plein vent,
mais si étroite que pour y passer
il faut être un enfant ?

Qui est cet homme, venu de loin,
dont les pieds et les mains sont usés jusqu’au sang
et qui, au carrefour des chemins, de l’espace et du temps,
dresse des croix
afin que son troupeau en le suivant
ne se perde pas ?

Qui est cet homme, venu de loin,
qui appelle, en passant,
une poignée de pêcheurs et de paysans,
pour les initier au même métier que lui :
au choix des bons pâturages et au soin des brebis,
celles qui sont malades ou blessées,
et transmettre à chaque nouveau berger
cette même houlette en forme de croix ?

Qui est cet homme, venu de loin,
qui rassemble ses brebis dispersées,
aux quatre coins de leurs rêves,
perdues dans les brouillards et les ténèbres,
pour les conduire sur de verts pâturages,
sur une montagne inondée de lumière ?

Qui est cet homme, venu de loin,
qui m’a fasciné sur le chemin ?
Michel Hubaut. « Prier les Paraboles ».
 
Éditions Desclée de Brouwer, Paris, 1988 ; pp. 100-101.
 
La Vie continuera
 
Le Dieu de la Bible ne fait pas miroiter aux humains une existence sans souffrance, sans perte et sans deuil. Mais il leur promet que, au cœur des ténèbres, la Vie continuera jusqu’au dernier souffle et, au-delà de ce que la raison peut en dire, d’être mystérieusement à l’œuvre.

« Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent. »
 
Devant la souffrance et la mort, devant la maladie et la brutalité du destin, il n’est jamais de consolation facile. Mais il y a une force : celle de la Parole d’un Grand Autre solide qui fait la part des choses.
 
Le Dieu de la Bible propose à l’Homme de résister à la tentation du néant, du nihilisme et de l’autodestruction, avec le trésor symbolique de sa Parole et les armes de son Esprit, ce que ni l’or ni l’argent ne peuvent promettre.

Michel Weckel,
extrait de « Paysages de prières »,
édité par l’UEPAL en 2016.
Quelqu’un
 
J’ai besoin de quelqu’un à qui m’agripper quand je vais tomber : quelqu’un qui m’ouvre les bras et me soutienne.
 
J’ai besoin de quelqu’un à qui poser des questions : quelqu’un qui m’assure que les réponses existent.
 
J’ai besoin de quelqu’un qui reconnaisse ma souffrance : quelqu’un qui lui donne sens.
 
J’ai besoin de quelqu’un à qui confier mes larmes : quelqu’un qui sache les comprendre et me console.
Mais j’ai aussi besoin de quelqu’un qui accueille ma joie : quelqu’un à qui je puisse dire : « Merci ! »
 
J’ai besoin, surtout, de quelqu’un qui désire mon bonheur et m’indique la voie de l’innocence, la seule qui y conduise.
 
O, Seigneur, tu es ce Quelqu’un. En toi je me réfugie, de toi je tire mes forces.

Lore Dardanello Tosi.
« 100 prières pour ceux qui ont du mal à prier ».
Éditions Salvator, Paris, 2005 ; p. 35.




À voir aussi

Dimanche 17 mai: L'église en prière (dé)confinée!
Dimanche 7 juin: 1 - 2 - 3 - Trinité!
La Bible racontée aux enfants - chapitre 4: Pâques

Bonjour les enfants!   Puisque nous ne pouvons pas nous rencontrer "en direct", voici notre quatrième rencontre en ligne! Toute l'équipe...

Lire l'article
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.