Chaîne de prière à travers la vallée


Alexandra Breukink
05 Apr 2020

Le 05 Apr 2020 - 06:57

       VIENNE LA  COLOMBE
 
Nul n'avait vu venir cette ombre échappée des cavernes de nos pires craintes
depuis plus de dix années l'eau de la mer se teintait du sang des réfugiés noyés
on courait joyeusement à l'abîme en consommant sans fin
regardant monter les eaux sans y croire et se contentant de couvrir de chocolat
les chemins de croix qui  montent vers Pâques
 
on avait cru  avoir définitivement caché le Créateur au fond d'un Ehpad
 le remplaçant par les blouses blanches à présent toutes pareillement
tremblantes devant ce petit virus plus puissant pourtant
 qu'une armée  mais qui est seul arrivé
 à unifier le monde entier contre lui
 
du jamais vu : un monde enfin solidaire où dans les eaux à nouveau claires
les poissons sont revenus, où l'air se purifie, où la pollution a baissé de moitié,
où les humains s'entraident, frappés de  terreur et de compassion
 
où ils s'interrogent, emmenés au désert où la vie leur parle de cœur à coeur
 où le temps enfin ralentit, l'espace s'apaise, la nature qui n'a jamais eu besoin
de l'homme laisse à nouveau éclater son cantique, un  printemps jamais vu
resplendit d'une ferveur si ancienne que l'on reconnaît sur la terre
le reflet du ciel,
 
le corona est la dixième et la dernière plaie qui décapite
tout ce qui n'allait plus sur terre, rappelant à l'homme
que la réalisation divine de son être sera sa vraie couronne
 
réalisant la prophétie d'Esaïe  52  v3-4 :
 
  Tu seras une couronne éclatante dans la main de ton Seigneur
on n'appellera plus la terre « désolation », mais « joie de Dieu ».
 
Chaque soir à dix-huit heures
les cloches des églises d'Alsace sonnent longuement
elles dessinent au ciel un petit bout  de  l'arc-en-ciel
qui dessinera le monde nouveau de l'après pandémie
 
Nous voici  sur l'Arche
et c'est tous ensemble
que nous accueillerons la colombe
 
 Sylvie Reff-Stern


Je veux croire en Dieu - prière pour le Samedi Saint  

Chaque fois que je me sens seul(e) et perdu(e),

          Je veux croire en un Dieu qui garde sa passion pour chacun d’entre nous.

Chaque fois que ton silence et ton absence me font douter de tout

         Je veux croire en un Dieu qui reste force d’amour

Chaque fois qu’à mes yeux tout semble fini

         Je veux croire en un Dieu qui suscite le courage et continue d’ouvrir l’horizon.


Dans les moments sombres, désespérés ou tristes de mon existence,

Seigneur, fais moi la grâce de pouvoir sentir et lire les signes qui feront jaillir l’espérance. 

Rémy Stahl 


Bonne fête de Pâques à tous et à toutes, espérant que tous le monde va bien.
Prions tous ensemble pour à nouveaux retrouver toute la famille en bonne santé, 
pour nos proches et connaissances, 
et une grosse pensée à toute personne qui affronte cette épidémie.
Au personnel de supermarché, pharmacie, routier, pompier, ambulancier, médecin, aide soignants, infirmier, femme de ménage, et beaucoup d'autres encore.
À très vite! 
Nicolas et Patricia

Qui dit qu’il n’y aura pas de Semaine Sainte? 

N’avez-vous pas vu l’immense procession de personnes, sans tunique, ni ceinture, ni capuche, testées positives du coronavirus ? 
Ne voyez-vous pas la Via Crucis du personnel soignant remonter le Calvaire de la pandémie, débordant de force et l’angoisse de ne pas pouvoir tenir bon au cœur?

Celui qui dit que le Nazaréen ne sortira pas pour cette Semaine Sainte, n’a pas vu les médecins en blouse blanche et au cœur sensible, qui portent la croix de douleur des personnes touchées ?
Ne voyez-vous pas autant de scientifiques, transpirer sang et eau, comme à Gethsémani, pour trouver un traitement tel un vaccin ?
Ne dites pas que Jésus ne passe pas dans les rues cette année, alors qu’il y a tant de gens qui doivent travailler pour apporter nourriture et médicaments à tout le monde ?
N’avez-vous pas vu le nombre de Cyrénéens s’offrir d’une manière ou d’une autre pour porter les lourdes croix ?
Ne voyez-vous pas combien de personnes, des Véroniques, sont exposées à l’infection pour essuyer le visage des personnes touchées ?
Qui a dit que Jésus ne tombait pas à terre à chaque fois que nous entendons le chiffre froid de nouvelles victimes ? 
N’est-ce pas autant de maisons de repos, remplies de personnes âgées aux facteurs à risque les plus élevés et de leurs soignants, qui vivent la Passion ?
N’est-ce pas comme une Couronne d’épines pour les enfants qui doivent vivre cette crise enfermés, sans trop comprendre et sans courir dans les parcs et les rues ?
Ne se sentent-ils pas injustement condamnés : les écoles, les universités et tant de magasins obligés de fermer ?
Tous les pays du monde, ne se sont-ils pas frappés, flagellés, par le fléau de ce virus ?
Ne sont-ils pas comme Ponce Pilate qui se lave les mains, les dirigeants qui cherchent simplement à tirer un avantage politique de la situation ?
Ne souffrent-elles pas, impuissantes comme les disciples sans le Maître, autant de familles confinées à la maison, beaucoup avec des problèmes, ne sachant pas comment et quand tout finira ?
Le visage douloureux de Marie, ne se reflète-t-il pas dans celui de tant de mères et de membres de famille, souffrant de la mort - en plus à distance - d’un être cher?
N’est-elle pas comme le dépouillement d’un vêtement, l’angoisse de tant de familles et de petites entreprises qui voient leurs économies s’évanouir ?
L’agonie de Jésus n’est-elle pas liée au manque de respirateurs dans les unités de soins intensifs de tant de pays ?
Ne dites pas : pas de Semaine Sainte, ne le dites pas, car le DRAME DE LA PASSION n’a sûrement presque jamais été aussi réel et authentique. 

Traduit de l’espagnol, écrit par Miquel-Àngel Ferrés


Cette prière est inspirée d'une réflexion qu'a eu ma fille Auriane face à la situation que nous vivons actuellement. Je cite "Maman, tu sais aujourd'hui on fait tout une histoire du Coronavirus, mais la Terre, il y a bien longtemps qu'elle est malade et personne ne s'en préoccupe !! ". Alors nous avons décidé toutes les deux de vous faire partager notre prière: 

Nous prions pour que les hommes prennent conscience que notre Terre est très malade, et qu'il faut préserver cette belle nature qui nous entoure.

Nous prions pour que le Seigneur protège tous ses animaux qui sont en voie de disparition.

Nous prions pour que le Seigneur protège tous ses Hommes qui subissent au quotidien, guerres et famines, et qui, eux aussi seront victimes du Coronavirus.

Nous prions pour que le Seigneur accompagne tous ses patients qui combattent seuls face à la maladie et face au virus.

Nous prions pour que le Seigneur donne force et courage aux familles séparées de leurs proches malades.

Nous prions pour que le Seigneur donne la force de guérir pour nos proches qui sont atteints par le virus.

Nous prions pour que le Seigneur soutienne toutes mes collègues de travail qui jours après jours se battent pour soigner et accompagner les patients hospitalisés atteints ou non par le virus.

Nous remercions le Seigneur de rendre notre quotidien de confinement moins pénible grâce à toutes ses personnes qui contribuent au bon fonctionnement de notre société en nous permettant de nous alimenter à notre faim.

 Auriane et Laetitia


Dimanche des Rameaux 2020

Jean 12, 12-19

12Le lendemain, la grande foule venue à la fête apprit que Jésus arrivait à Jérusalem ; 13ils prirent des branches de palmiers et sortirent à sa rencontre. Ils criaient : « Hosanna ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient, le roi d’Israël. » 14Trouvant un ânon, Jésus s’assit dessus selon qu’il est écrit : 15Ne crains pas, fille de Sion : voici ton roi qui vient, il est monté sur le petit d’une ânesse. 16Au premier moment, ses disciples ne comprirent pas ce qui arrivait, mais lorsque Jésus eut été glorifié, ils se souvinrent que cela avait été écrit à son sujet, et que c’était cela même qu’on avait fait pour lui.17Cependant la foule de ceux qui étaient avec lui lorsqu’il avait appelé Lazare hors du tombeau et qu’il l’avait relevé d’entre les morts, lui rendait témoignage. 18C’était bien, en effet, parce qu’elle avait appris qu’il avait opéré ce signe qu’elle se portait à sa rencontre. 19Les Pharisiens se dirent alors les uns aux autres : « Vous le voyez, vous n’arriverez à rien : voilà que le monde se met à sa suite ! »

--------------------------------------------------------


Dimanche des Rameaux : une foule nombreuse et enthousiaste accueille Jésus à Jérusalem. Quel contraste avec ce que nous vivons depuis trois semaines ! Aujourd’hui, les rues de Jérusalem, et celles de nos villes et villages, sont vides.

Le vide… C’est ce que nous vivons les uns les autres, à plus ou moins grande échelle.

Pour les uns, ce vide c’est la solitude du confinement, ou du moins son ennui ; pour d’autres, dans les hôpitaux ou les EHPAD, c’est le manque de moyens et de matériel pour faire face ; pour d’autres aussi, qui sont également contraints de travailler, c’est le manque de considération pour leur travail et l’impression d’être envoyé en première ligne sans armes et sans protections ; et pour d’autres encore c’est l’impossibilité de pouvoir faire un deuil digne de ce nom qui vient s’ajouter à la perte cruelle d’un proche…

 

La nature a horreur du vide, dit-on ! C’est sans doute vrai… Et nous avons toutes et tous plus ou moins peur du vide… Ce vide dans nos relations, ce vide qui vient prendre la place de notre maîtrise des événements de la vie et du monde (du moins le pensions-nous !), ce vide dans nos projections vers l’avenir…

 

Aux Rameaux, les rues de Jérusalem étaient pleines d’une foule enthousiaste. Mais ce que fait cette foule, à bien y regarder, n’est-ce pas marqué déjà par le vide ? Un vide de sens ? Un feu de paille ? Car les foules sont toujours versatiles ; et celle de Jérusalem, qui aujourd’hui acclame Jésus, ne tardera pas à crier « Crucifie-le ».

Et nous, foules modernes confrontées aujourd’hui à l’isolement, serons-nous demain fidèles ou versatiles ? Aujourd’hui, de nombreuses voix se font entendre pour dire que cette crise devra aussi être l’opportunité de changements profonds ; changements sociétaux, écologiques, spirituels… Quand les choses reviendront à la normale, aurons-nous à cœur de travailler à ces changements, ou bien retomberons-nous très vite dans la facilité et dans nos travers ?

 

Pour l’instant, c’est bien le vide qui est là. Et ce vide peut faire peur. Mais n’oublions pas que le dimanche des Rameaux inaugure cette semaine sainte lors de laquelle le Christ va justement affronter le vide, tomber dans le vide, connaître lui aussi le vide de l’abandon. Et surtout, n’oublions pas qu’à l’issue de cette Passion, c’est par un tombeau vide que tout recommence.

 

Le vide nous fait peur. Mais c’est dans ce vide que Dieu peut venir nous parler. Dieu ne nous parle pas, ou très peu, dans nos trop-pleins d’activités, de distractions, de paroles, d’agitations. C’est au cœur de nos vides et de nos manques que Dieu vient nous parler, pour nous réconforter, nous relever, nous ressusciter.

 

En ce dimanche des Rameaux les rues sont vides et les foules ne sont pas là pour accueillir Jésus avec enthousiasme. Mais c’est peut-être l’opportunité pour nous de lui ouvrir les portes de notre esprit et de notre cœur, pour qu’il vienne combler notre vide intérieur avec sa parole, avec sa grâce, avec son amour.

 

Jean-Marc Meyer. 04.04.2020.

 

Prière

 

Seigneur, je l’avoue, j’ai peur du vide.

Pas tant le vide autour de moi qui, je le sais, n’est que provisoire et sera bientôt à nouveau comblé ; peut-être même trop comblé.

J’ai peur du vide en moi, qui existe depuis toujours : cette part de mon être qui cherche un sens aux choses et ne le trouve pas.

J’ai peur du vide en moi, qui existe depuis toujours et qui me confronte à la faiblesse et à la finitude de ma condition humaine.

J’ai peur du vide en moi, qui existe depuis toujours et qui me menace d’une chute vertigineuse vers l’indifférence et l’apathie, le non-sens et le fatalisme.

 

Seigneur, je dépose en tes mains tout ce qui en moi est vide. Vide de confiance, de sens et d’espérance.

Je dépose en tes mains mes sentiments d’impuissance et d’inutilité.

Je dépose en tes mains mes regrets du passé, mes angoisses du présent et mes peurs de l’avenir.

Je dépose en tes mains celles et ceux qui me manquent et qu’il me tarde de retrouver.

Je dépose en tes mains celles et ceux qui me manquent parce que je les ai à jamais perdus.

 

Seigneur, je te prie, viens m’aider à combler mes vides.

Non pas par une dérisoire agitation, ni par un flot d’informations ou de paroles vaines et creuses, mais par ta parole, souvent parcimonieuse et discrète mais toujours fidèle et vraie.

Ou mieux encore : par ton silence apaisant et bienveillant, qui, contrastant avec mes silences tumultueux et tourmentés, agit comme une douce caresse pour me rappeler ta constante présence auprès de moi, chaque jour.

Viens m’aider à combler mes vides par la plénitude de ta grâce et de ton amour indéfectibles. Amen.

 

Jean-Marc Meyer. 04.04.2020.


Je veux croire en Dieu - prière de Rémy Stahl, pasteur retraité 

Chaque fois que je me sens seul(e) et perdu(e),

          Je veux croire en un Dieu qui garde sa passion pour chacun d’entre nous.

Chaque fois que ton silence et ton absence me font douter de tout

         Je veux croire en un Dieu qui reste force d’amour

Chaque fois qu’à mes yeux tout semble fini

         Je veux croire en un Dieu qui suscite le courage et continue d’ouvrir l’horizon.


Dans les moments sombres, désespérés ou tristes de mon existence,

Seigneur, fais moi la grâce de pouvoir sentir et lire les signes qui feront jaillir l’espérance. 


Une prière de Maya, catéchumène: 

Nous remercions le personnel soignant, 

qui tous les jours sauve énormément de personnes atteintes de ce virus, 

nous soutenons toutes les personnes ayant attrapés ce virus et qui luttent pour guérir, 

nous remercions les personnes qui restent chez eux 

et qui grâce à ça sauvent des vies. 


Une prière de Joris, catéchumène 

Nous prions pour les aide-soignants, afin qu'ils ont de la force pour continuer à travailler comme maintenant et aussi du courage.

Nous prions pour les personnes malades, afin qu'ils guérissent et que la mortalité baisse. 

Nous prions pour que le virus arrête de tuer autant d'innocents.

Nous prions pour nos proches afin qu'ils ne soient pas touchés par le virus. 

Nous prions pour les pays en développement, où les personnes sont faibles.

Nous prions pour que tous le monde trouve des occupations chez eux

Nous prions pour que les restaurants aient assez d'argent pour vivre. 

***


Une prière de Louise du groupe de jeunes :

Je voudrais prier pour le personnel soignant 

qui lutte aux côtés des malades 

et pour les agriculteurs qui continuent à travailler pour nous nourrir 

alors que le manque saisonnier se fait sentir. 

***


Une prière de Lucas, catéchumène : 

Une pensée pour toutes les personnes qui luttent contre ce fléau,

ainsi que celles qui au péril de leur propre santé et même de leurs vies

essayent avec leurs moyens de leur venir en aide.

Nous prions pour eux. 

***


Une prière de Jérémy, catéchumène 

Je prie pour ceux qui sont concernés par le virus

et pour toutes les familles qui ne peuvent pas sortir de leur petit appartement.

***

et la prière de sa maman

Seigneur, aidez nous à combatte ce virus, qui a fait tellement de morts. 

Permettez-nous de vivre!!!

Raisonnez les personnes, les plus réfractaires aux lois ! 

Qu'est-ce que c'est quelques semaines de confinement,

et pouvoir vivre encore plus fort ensuite,

que de ne rien respecter et mourir dans quelques semaines ! 

Seigneur aidez les malades, les familles des malades

et toutes ces personnes qui luttent contre ce virus.

Aides-les à avoir le courage et de ne pas baisser les bras. 

Amen

*** 


Une prière de Virginie, infirmière

Je pense à ma grand-mère qui est malade au foyer Caroline, très touché par cette épidémie comme beaucoup de maisons de retraite.

Merci à toutes les personnes qui s’occupent d’elle en risquant d’être contaminés et de contaminer leurs familles en rentrant. Avec aussi le manque de matériel…

Merci à toutes les personnes qui font des gestes de solidarité – livraison de pizza gratuites dans les services de l’hôpital Pasteur – appeler les amis ou les membres de la famille seuls.

Une pensée encore pour toutes les personnes malades du cancer ou autres attendant une opération importante, reportée à cause de cette épidémie.

Voici la prière que je fais chaque jour.  

***


Un poème pour les soignants de la part de Julien Kempf, catéchumène

Vous accomplissez à chaque instant
Un travail aussi prenant
Que celui d’une maman
C’est votre sourire et vos éclats de rire
Qui nous donnent la force de guérir

Changer les draps,
Piquer nos bras,
Se lever tôt, avoir le sourire aussitôt,
Donner des soins si délicats,

Nous, patients exigeants et fatigués,
Pas toujours sages comme des images,
Sommes terriblement touchés par vos gestes qui soulagent,
Et tenons tant à vous remercier pour tous vos actes de courage

Dérangées parfois pour des détails,
Même si cela ne tient pas à une médaille,
Elles en mériteraient une et serait de taille !

Entre médicaments et prises de sang,
Prises de tension et moments d’émotions,
Nous sentons parfois votre épuisement,
Et tentons d’y être vigilants,
En vous offrant quelques-unes de nos attentions,

Il y a tant à faire !
Gérer pleurs, douleurs et colères,
Garder la tête légère
Et jouer d’humour pour prendre l’air
De vous, nous sommes fiers !

Vous êtes magnifiques !
Anges gardiens soigneurs,
De nuit comme de jour,
En dépit des mauvais tours,
Ne perdez pas l’Amour de ce noble métier.

***

 
La prière de Claire du groupe des jeunes : 
Les bourgeons fleurissent dehors pour annoncer la venue du printemps.
Mais ce beau temps nous rappelle notre confinement. 
En ce temps de crise, je pense à ma grand-mère 
qui a plus de risques que moi. 
A ma famille, car nous sommes réunis
Mais surtout au corps médical qui prend des risques pour nous.
Et je prie pour tous les malades, les médecins, mais également pour les étudiants... 
Pour que tu nous donnes du courage 
pour affronter cette épreuve ensemble 
La solidarité est notre force! 
Amen 



 




À voir aussi

De Pâque à Pâques ou du Seder à la Cène - Matériel pour un Jeudi Saint chez soi

Pour célébrer le Jeudi Saint chez vous, Marc Fritsch et Caroline Lambert vous ouvrent des pistes. 

Lire l'article
Le groupe de Sophrologie

Vous êtes, ou vous avez été atteint(e) d’un cancer ou d'une autre pathologie Vous traversez une épreuve douloureuse et difficile à vivre Vous cherchez des outils pour mieux vivre...

Lire l'article
Dimanche 17 mai: L'église en prière (dé)confinée!
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.